Le combat antifasciste : un combat syndical !

L’INTERVENTION DU FN SUR LE TERRAIN SOCIAL ET DANS LE MONDE SYNDICAL !

Depuis quelques années, le FN qui revient sur le devant de la scène médiatique à travers son changement de présidence, a opté pour une stratégie de gouvernement et de prises de pouvoirs qui le conduit à brouiller les lignes et à avancer masqué derrière une vitrine supposée plus respectable et plus sociale.
Dans cette situation, le monde du travail est clairement devenu une cible privilégiée dans la stratégie du Front National, qui multiplie ses incursions sur le terrain social en mettant en avant un discours de façade qui voudrait le présenter comme le seul défenseur des «petits» contre les «gros». Si cette tentative d’enracinement dans le monde du travail n’est pas nouvelle, force est de constater qu’aujourd’hui les discours du FN portent, se banalisent et sont même repris par une partie de plus en plus importante des salariés. Les élections régionales de 2009 ont été un premier signal d’alarme pour nous syndicalistes, puisque plusieurs candidats ont été directement recrutés parmi les structures syndicales et présentés en tant que tels comme têtes de listes pour le FN. Ce type d’événement est un marqueur très inquiétant de l’avancée du FN puisqu’il montre que ses idées arrivent à prospérer et à se développer sur les terreaux qui lui sont traditionnellement les moins favorables. C’est d’ailleurs tout l’enjeu de sa «lettre aux fonctionnaires» ou, plus récemment, de la création très médiatisée du collectif d’enseignants «Racines», ou du collectif «Marianne» qui s’adresse aux étudiants.

LE COMBAT ANTIFASCISTE : UN COMBAT SYNDICAL !


Mais derrière sa prétendue façade sociale, le programme du FN renvoit à la remise en cause de la durée du travail, à l’harmonisation par le bas des droits des salariés, conduit à la destruction des services publics, du système de retraite, du statut des fonctionnaires, du droit du travail, et bien entendu de celui de faire grève. En tant que syndicalistes, nous avons le devoir de dénoncer les projets et le programme du FN qui ne consistent qu’à dresser les uns contre les autres, les précaires, les chomeurs, les immigrés et ceux qui ont un emploi, salariés du privé contre ceux du public, pour le plus grand profit du capitalisme . Notre devoir n’est donc pas seulement à la vigilance, mais aussi à l’action pour construire la solidarité et l’union de tout le salariat quel que soit son origine ou son statut. Or si aujourd’hui le FN tente de tourner la page sur le bilan des municipalités qu’il a géré, tous les syndicalistes qui ont vécu cette expérience peuvent témoigner que face à l’éventualité d’un retour de l’extrême droite au pouvoir, tout attitude de déni, d’immobilisme et de résignation de la part du mouvement ouvrier et syndical serait suicidaire.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s